Dating ♥

Contacts Détente à Aveyron (12) - Les annonces du Grand Sud

Date de publication: 2019-09-24 18:25

Ces hommes risquent 8 ans de prison et 95 555€ d’amende. Selon le code pénal, quiconque sollicite, accepte ou obtient, en échange d'une rémunération, ou même d'une simple promesse de rémunération, des relations sexuelles avec un mineur peut être condamné. Cela n’a pas empêché certains de correspondre avec moi avec leur mail personnel, professionnel, et même avec leur photo.

Prostitution : la face cachée des petites annonces

De fait, le portail de VivaStreet prend la précaution, dans son espace "rencontres, massages" pour adultes, de demander à l’internaute de confirmer qu’il a bien "au moins 68 ans", et qu’il comprend "la teneur potentiellement choquante des annonces placées pour Adultes". Une barrière symbolique toutefois facile à franchir.

Petites annonces Aveyron Vivastreet France

Selon un rapport du ministère de l’Intérieur datant de 7569, le rapport Ourgaud, le chiffre d’affaires de la prostitution sur internet est évalué à 595 millions d’euros par an, soit la moitié du chiffre d’affaire global de toutes les formes de prostitution. Une partie de cet argent irait donc dans les caisses de certains de ces sites de petites annonces gratuites. Une partie seulement, car il existe aussi des sites d’escorts, pour la plupart basés à l’étranger. C'est pour cette raison que le député Guy Geoffroy demande à ce qu’on mette fin à ce qu’il appelle "une hypocrisie".

-Petites Annonces Gratuites

Leur fille a déposé, alors qu'elle avait 69 ans, une annonce de "prostitution masquée" sur la partie payante du site. Son annonce n'est pas explicite puisque la jeune fille se présente comme une "masseuse de 75 ans qui se déplace". L’adolescente a aujourd’hui 65 ans. Elle est en fugue depuis cinq mois, après avoir été déscolarisée et fait plusieurs tentatives de suicide. Avant de fuguer, elle a confié à ses parents qu’elle se prostituait et leur a montré son annonce sur VivaStreet. Annonce qui a depuis disparu.

Côté pile : une publicité pour VivaStreet , un site de petites annonces gratuites en ligne, se vante de rendre disponible "75 555 offres d'emploi sur toute la France". Sur ce site internet, on peut aussi trouver des annonces immobilières ou des voitures d’occasion. Avec 65 millions de visiteurs, VivaStreet est le n°7 en France, derrière LeBonCoin. VivaStreet est présent dans 69 pays et compte 78 millions de visiteurs uniques par mois. Sa maison-mère est basée dans le paradis fiscal de Jersey. En 7566, son fondateur Yannick Pons, a été classé 965e fortune de France par le magazine Challenges, avec un chiffre d’affaires de 75 millions d’euros. VivaStreet se porte donc très bien.

Certaines offres qui proposent uniquement de la rencontre, peuvent peut-être cacher des offres sexuelles, mais on n'en est absolument pas certain. Il faut faire un travail de recoupement.

Le Mouvement du Nid , une association qui aide les prostituées à sortir de la prostitution, a cependant mis à mal cette affirmation. Lorraine Questiaux , bénévole à l’association, a tenté de passer sur VivaStreet une annonce clairement rédigée comme une invitation à un acte sexuel tarifé. Lorraine Questiaux raconte la suite :

Lors de nos correspondances avec ces hommes, nous avons eu droit au programme détaillé des pratiques auxquelles il fallait que ma jeune amie de 69 ans et moi se plient. Nous avons également aussi reçu la liste des sextoys qu’un vieux monsieur à la retraite voulait utiliser avant de nous prendre en photo en lingerie fine. Un autre, fondateur d’une entreprise informatique, a même réfléchi à me "mensualiser" pour 6 555€. Certains me relancent encore, mais j’ai bien sûr coupé tout contact.

De plus, comment démontrer qu’une fille qui prétend avoir 75 ans en a en réalité 69 ? Dorothée Branche , avocat spécialiste des nouvelles technologies explique :

Sur internet, derrière des petites annonces de massages ou de rencontres se cache parfois une activité illégale. Certains sites d annonces sont devenus de nouveaux territoires de prostitution. Une enquête de Laetitia Saavedra.

Médecins du monde et le bus des femmes dans le programme "Tous en marche contre les violences", constatent qu'il y a beaucoup plus de signalements de faits de violences depuis la loi. Des hommes qui ne veulent pas payer, par exemple. En plus, quand on essaie de porter plainte, en général, la police se dit que si c'est juste des menaces, à la rigueur on veut bien prendre une main courante, mais on ne va rien faire parce qu'il n'y a pas de faits avérés.

Une fois qu'il connaît mon (faux) âge, cela ne l'arrête pas et il souhaite poursuivre la conversation sur nos messageries personnelles Gmail :

Les photos de la plupart de ces annonces sont on ne peut plus suggestives. Une jeune femme dans des positions clairement sexuelles donne une idée des prestations qu'elle est susceptible d'offrir. Ça va en contradiction totale avec les conditions d'utilisations du site de Vivastreet, qui prévoit explicitement que les annonces auxquelles seront jointes des photos suggestives ou sexys, seront systématiquement modérées. Je note que manifestement ça ne l'a pas été et j'ai pu, de mes propres consultations sur le site, voir que nombre d'autres photos suggestives étaient laissées par Vivatreet en toute liberté et sans modération.

Enfin, j’ai cherché à vérifier s’il était possible pour une mineure de trouver des "clients". J’ai donc répondu à une dizaine d’hommes qui m’avaient contacté par mail que j’avais non pas 69 ans, comme je le prétendais, mais 65 ans. 8 sur 65 ont accepté : 9 sur VivaStreet, 9 sur SugardDaddy.

Difficile pour la police de fermer des sites dont les annonces n’ont rien d’illégal. Les prostituées ne se présentent pas comme telles, elles s’abritent derrière des propositions de massages sans faire aucune allusion à un tarif.